Entretien avec Erwan Cloarec, Directeur du CNEF

— Quel est votre parcours de foi ?

Je commencerais par dire ma joie de m’adresser au lectorat de Pentecôte… Ayant grandi et m’étant converti dans le contexte des Assemblées de Dieu, ce magazine est familier de mon enfance. Je garde dans mes racines et ma spiritualité un bel héritage du milieu pentecôtiste et une profonde affection pour les Assemblées de Dieu.

En deux mots mon parcours : j’ai pris le baptême à l’Assemblée de Dieu de Lyon. Après des études de droit, j’ai évolué quelques années dans le milieu des œuvres évangéliques, la Maison de la Bible et Agapé France, avant de me former en théologie à la Faculté Libre de Théologie Évangélique de Vaux-sur-Seine (FLTE). Au terme de cette formation, je me suis engagé comme pasteur de la Fédération baptiste (FEEBF).

— Vous êtes pasteur à Lyon mais vous êtes aussi très impliqué dans plusieurs autres fonctions, pouvez-vous nous en dire plus ?

Effectivement. Ces dernières années, en parallèle de la fonction pastorale, mon ministère s’est enrichi d’une dimension enseignante dans le cadre de l’école pastorale de Massy dont je suis aujourd’hui le directeur. J’enseignerai également à partir de la rentrée prochaine dans le cadre de la FLTE, en théologie pratique.

Le Seigneur m’a aussi fait la grâce de développer à côté de ces deux dimensions, un ministère d’unité « inter-évangélique » au niveau national et local, notamment en tant que délégué départemental du CNEF69, depuis 2013. Cette dimension de service pour l’unité des églises et œuvres évangéliques correspond à un appel très fort sur ma vie.

— C’est donc ces particularités de votre ministère qui ont intéressé le CNEF ?

Je pense effectivement que ces deux dimensions ont compté dans le choix des instances du CNEF en lien avec cette charge de présidence : un cœur pastoral qui aime rassembler, prendre soin du peuple de Dieu, et une dimension théologique pour penser et accompagner les défis du monde évangélique d’aujourd’hui et de demain. Je crois que c’est effectivement l’appel qui m’est réservé pour les années qui viennent, et je suis touché de la confiance qui m’est manifestée à travers cette responsabilité.

— Quels sont les dossiers sur lesquels vous souhaitez travailler en priorité ?

En lien avec le bureau du CNEF et ses permanents, et au milieu de tout ce qu’il y a à faire au service des Églises, notamment le suivi des conséquences de la Loi dite sur les séparatismes, je dirais vouloir travailler prioritairement dans deux directions principales.

Premièrement développer la « parole publique » du CNEF, la rendre davantage visible, audible ; parce que je crois que les protestants évangéliques ont un message, quelque chose de pertinent à dire. Je me sais attendu à ce niveau-là.

Deuxièmement, penser et promouvoir une vision missionnelle inspirante, fédératrice et contextuellement pertinente pour nos églises et nos œuvres. Alors suivez l’actualité du CNEF, vous en saurez davantage bientôt.

— Avez-vous un message à adresser aux lecteurs de Pentecôte ?

Simplement merci aux Assemblées de Dieu d’être ce qu’elles sont. Elles sont pour l’ensemble de nos églises une chance et une inspiration, et le CNEF en est au bénéfice. Alors que le Dieu de toute grâce continue à bénir notre marche ensemble ; il le fera.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *