Qui suis-je ? En crise d’identité

Vaste sujet ! Pourtant il est au cœur de notre existence, il la traverse dès notre naissance et jusqu’à notre départ du monde des vivants. C’est d’ailleurs à l’âge de 80 ans que Moïse pose la question, tourné à la fois vers L’Eternel et vers lui-même devant le défi qui se présente à lui (Exode 3).

La découverte de notre identité est un processus qui dure toute notre vie, c’est un cheminement vers nous-mêmes qui nous permet de nous construire, sous le regard bienveillant de Dieu, et d’identifier ce qui a été mal construit ou ce qui ne l’a pas été.

Toutefois le fondement est posé dans l’Écriture dès les origines, dans le livre de la Genèse, où il est dit sans aucune ambigüité possible : « Il le créa à l’image de Dieu. » (Genèse 1/27). L’homme est la seule créature à l’image de Dieu, ce qui lui donne un rôle et un appel spécifique, comme le montre la suite du texte de Genèse 1 et 2.

C’est de cette manière qu’est posé le fondement solide de mon identité, c’est une pierre d’angle dans la construction de ma vie.

Dans cette création première l’être humain a ainsi une grande valeur, il évolue dans un cadre plein de sécurité et de confiance, ses besoins sont satisfaits. Il a aussi un sentiment profond d’appartenance à quelque chose et à quelqu’un d’infiniment plus grand que lui, par une relation personnelle et intime avec lui, fondée sur l’amour (Genèse 1/27-29, 2/18).

La vie et  l’expérience de Moïse viennent illustrer la grande vérité biblique, « je suis voulu, désiré et aimé de Dieu »,  quelles que soient les circonstances qui ont préludé à ma venue au monde. Le créateur a voulu que j’existe et ainsi cela me donne une valeur infinie.

Malgré tout, le récit biblique nous décrit précisément ce qui s’est mal construit dans la personne et l’identité de cet homme, selon la condition qui a été la sienne, empreinte à la fois de faiblesse, d’erreurs et de péché également, dès sa naissance.

Prenons Jacob et son parcours de vie. Nous observons la lutte permanente dans laquelle il a évolué, au sein d’une famille quelque peu dysfonctionnelle, avec ses parents et son frère Esaü, jusqu’à l’apogée de sa recherche de bénédiction. Celle qu’il cherchait vraiment, plus ou moins consciemment, est celle d’une nature transformée, libérée d’une hérédité pesante, celle qui lui a permis de découvrir qui il était vraiment, ce que Dieu l’a amené à découvrir : « Ton nom sera Israël. »

Nous pourrions aller à la découverte d’autres éminents personnages dans l’Ancienne ou la Nouvelle Alliance. Je pense entre autres à la personne et au parcours de vie de Saul de Tarse, devenu l’apôtre Paul.

Sa conversion au chapitre 9 du livre des Actes correspond à une authentique crise d’identité. Il y avait la façon dont Paul se percevait et celle dont Dieu le voyait. Paul a découvert la nature du regard que Dieu posait sur lui, empreint d’espérance et d’amour mais aussi de vérité quand à sa condition d’alors.

Plus tard, dans son épître à Timothée, il nous le transmet par les mots suivants : « Je le remercie de m’avoir estimé digne de confiance. » (1 Timothée 1/12b).

Dieu a perçu Paul comme étant une autre personne que celle qu’il était en apparence et dans les faits. Il a choisi ensuite de le lui révéler dans l’expérience vécue sur la route de Damas, où il l’a confronté en se dévoilant à lui par la vision de la personne de Christ glorifié qui s’est adressé à lui.

Comme pour ces hommes dont nous ne faisons qu’évoquer succinctement le parcours et la nature, Dieu veut que je trouve du plaisir à exister et ainsi à agir, à bien faire en mettant en action les dons et talents qui me sont propres et qui font partie intégrante de mon identité.

La plupart des problèmes que nous rencontrons sont en lien avec l’identité. Penser que le fait d’être chrétien résout tous nos problèmes en faisant disparaître tout ce qui nous a caractérisé avant de le devenir est une erreur qui provoque des désordres dans la relation avec nous-mêmes, avec les autres et avec Dieu. La vérité « qui rend libre », comme nous le dit le verset de l’Évangile de Jean, c’est la vérité sur Dieu mais aussi sur nous-mêmes, celle qui est le plus difficile à entrevoir et à accepter.

En conclusion, je ferai référence à la parole qu’Abraham a reçu de l’Eternel « Va, quitte ton pays, ta patrie et la maison de ton père vers le pays que je te montrerai… » (Genèse 12).

C’est un ordre de vie qu’il reçoit. L’expression hébraïque utilisée est la suivante : « Va vers toi », ou « Va pour toi ».

En obéissant à l’appel que Dieu lui adresse, Abraham va vers lui-même, il entre dans une destinée qui lui est propre, il emprunte un chemin de foi et d’obéissance qui fera de lui l’homme qu’il est appelé à être.

Cela est aussi vrai pour nous qui avons répondu à l’invitation du Seigneur à le suivre.

Marc Sportiello

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *