Tendre vers les mêmes choses

1 Pierre 3.8 Enfin, soyez tous animés des mêmes pensées et des mêmes sentiments, pleins d’amour fraternel, de compassion, d’humilité…

Ce que nous pouvons voir autour de nous peu sembler bien triste. Nous parlons depuis de nombreuses années de connexion, puis maintenant, d’extension du réseau téléphonique à la 5G pour tout le territoire d’ici 2030. En prenant le temps de nous poser, nous pouvons voir que notre société vit de plus en plus en déconnexion les uns d’avec les autres. Celle-ci peut aussi toucher nos églises, où chacun vit sa vie de foi selon ce qu’il souhaite vivre, selon ce qu’il souhaite accorder à Dieu, et en oublie que les premiers disciples mettaient tout en commun (Actes 2.44).

L’Église est appelée à être influençante, vivante, et fraternelle ! En voici quelques principes.

Animés des mêmes pensées

Le terme pensée dans notre texte nous parle d’avoir un même esprit, qui s’accorde avec l’autre pour un but commun. L’avancement de l’œuvre de Dieu ne sera possible que si nous marchons l’un avec l’autre dans la même direction tout en s’accordant sur la manière dont nous allons travailler ensemble.

Animés des mêmes sentiments

Avoir les mêmes sentiments en Christ ne signifie en rien que nous devrions avoir le même avis sur tout. Il s’agit d’avoir un cœur qui sait souffrir avec l’autre, qui apprend à ressentir ce que l’autre peu ressentir. Nous sommes appelés à nous réjouir avec ceux qui se réjouissent, mais également, à souffrir avec ceux qui souffrent. Pas de jugement de valeur, pas de critique, mais un cœur qui s’associe avec celui qui vit et passe par une situation difficile.

Pleins d’amour fraternel

La question que je me pose personnellement est : “Est-ce que mon cœur aime véritablement l’autre de façon fraternelle ? ” Aimer ceux avec qui nous avons le plus d’affinités, rien de plus facile, mais aimer celui avec qui la relation est difficile, le défi devient alors plus grand. Que cela puisse être le désir de notre cœur : aimer celui qui est dans notre église comme un frère, comme une sœur.

Pleins de compassion

La compassion me mène à m’arrêter auprès de celui qui passe par la souffrance. Être plein de compassion, c’est avoir les entrailles qui sont toutes retournées lorsqu’une âme vit un moment difficile. Le cœur compatissant ouvrira ses portes pour que la personne puisse pleurer sans être jugée et ouvrir son cœur sans retenue.

Pleins d’humilité

L’humilité conduit :
– à reconnaître nos propres limites face à une situation difficile, et que la plus belle des solutions, c’est celle qui vient du ciel,
– à dépendre de Dieu, et à le laisser agir à notre place,

– à placer les projecteurs sur Christ et non sur notre existence. Même si de belles choses se passent au-travers de nos vies, n’oublions pas que tout n’est que grâce et que tout nous vient de Dieu.

Je crois que vous comme moi, désirons tous voir la gloire de Dieu se manifester dans nos vies, ainsi que dans nos églises locales. Ces principes nous permettront de lutter contre toute forme d’égoïsme, de jalousie, et de cultiver un amour fraternel qui supporte, qui patiente, qui aide, et qui encourage.

Partager ce contenu

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire